Publié : 27 janvier 2007

La vérité selon Ninon

La vérité selon Ninon

Oscar Brenifier
Iris de Moüy

Les petits albums philosophiques

Casterman Jeunesse

la verite selon ninon

Présentation et analyse de l ‘œuvre

une nouvelle collection de livres pour aborder la philosophie avec un personnage principal qui s’interroge et permet de lancer le débat.

Ninon, comme la plupart des enfants est une petite fille qui pose beaucoup de questions, c’est la vérité qui est au coeur du premier titre de cette série

Des valeurs et des qualités sont abordées dans ce livre qui place Ninon dans des situations l’obligeant à réfléchir à la notion fondamentale qu’est la vérité. Elle discute avec sa famille, son voisin, ses amis et même son chien pour avancer sur le chemin de la sagesse

Au milieu des dialogues, surgissent des fables et des mythes célèbres qui viennent illustrer le thème abordé et relancer la réflexion « L’enfant qui criait au loup », « Le corbeau et le renard », « Le mythe de la caverne », « Le secret de maître Cornille », « Icare »

L’album est présenté sous une forme BD avec beaucoup de texte

Présentation de l’entourage de Ninon : entourage familiale et autre (amis, maîtresse, voisin, animaux) qui lui permettent de discuter, d’entendre d’autres opinions l’amenant à rebondir dans sa réflexion

Thèmes abordés :
- mentir pour se protéger
- le mensonge rend malheureux
- prisonnière du mensonge
- le mensonge puni
- mensonge et mensonge
- mensonge et confiance
- mentir pour faire plaisir
- dire la vérité
- mensonge blanc
- découvrir la vérité
- dangereuse vérité
- bizarre vérité
- déplaisante vérité
- tout est vrai
- sa vérité à soi
- vérité et réalité
- fausses choses
- réalités diverses
- paradoxe
- insupportable vérité

Proposition d’exploitation

- utiliser le livre comme déclencheur de réflexion et de débat

- prendre appui sur cette littérature pour faire un pont entre le livre et le débat d’idées

- partir de la situation de départ proposée pages 4,5,6,7 comme une étude de cas déclencheur

- s’arrêter à la page 7 et mettre en place les conditions du débat : « que va faire Ninon ? »

- aborder la psychologie des personnages, les liens qui les unissent, les événements qui les concernent

Débat d’idées

objectifs

- Fournir un ou des arguments
- Ecouter les arguments des autres
- Fournir un ou des contre- arguments en trouvant des objections aux arguments apportés
- Identifier un ou des arguments émis et les personnes qui les ont verbalisés

Attitudes attendues lors d’un débat

- Parler suffisamment fort, attendre son tour de parole
- Utiliser la conjonction « parce que » plutôt que « à cause de »
- Employer correctement les temps de verbes

Les formes de débat

- utiliser le livre comme déclencheur
- placer les élèves en deux camps selon qu’ils répondent oui ou non à une question de départ (Cette situation favorise une meilleure compréhension de ce qu’est un débat)

.Si au cours du débat des élèves changent d’avis, ils peuvent changer de camp en expliquant ce qui les a fait changer et pourquoi

.L’enseignant s’est préparé en cherchant lui aussi des arguments et des contre arguments afin de relancer le débat

Critères d’évaluation

-a-t-il réussi à persuader quelqu’un ou même tout le groupe

-a-t-il pu fournir au moins un ou deux arguments ?

-a-t-il su écouter les arguments des autres et répondre au moins à l’un d’entre eux ?

-a-t-il pu pendant le débat, résumer l’intervention d’un participant avant d’apporter un contre argument ?

-a-t-il été constant dans son utilisation de la locution conjonctive « parce que » ?

-a-t-il pu parler suffisamment fort pour se faire entendre et écouter ?

-a-t-il été capable d’attendre son tour de parole et de ne pas interrompre les autres ?

Fin de débat : phase d’objectivation et perspectives possibles

L’enseignant identifie avec les élèves les principaux arguments utilisés lors du débat

Les noter sur une affiche à l’aide de mots- clés (mémoire écrite de la réflexion qui pourra être le support de la relance lors d’une autre séance)

Voir avec les élèves ceux qui sont les plus convaincants et pourquoi

Procéder à un classement des arguments : partir de ceux qui peuvent être le plus facilement démontrés jusqu’aux plus faibles qui ne ressemblent qu’à des déclarations

Relancer en utilisant un contre exemple

Lire le texte du livre correspondant au sujet abordé : des contre- arguments non évoqués apparaîtront peut-être, les noter sur l’affiche

Lire la fable ou le conte après le débat : à partir d’une histoire l’élève peut prendre du recul, réfléchir sur une situation qu’il a peut-être vécue mais dont il n’est pas le héros

. récits brefs dont l’action se déroule dans un univers imaginaire, joue sur les contrastes et met en opposition des catégories de personnages

. le conte et la fable ont une valeur pédagogique, ils sont porteurs d’une symbolique, la brièveté de l’histoire les rend percutants, ils renferment d’autres messages symboliques cachés conduisant à des lectures à plusieurs niveaux

Mise en réseau

- étendre le champ culturel en croisant des oeuvres différentes
- apprendre à questionner des textes pour en dégager une problématique commune
- comprendre que la culture fonctionne en réseau et que des textes « s’appellent » entre eux
- imaginer, connaître le monde, partager des valeurs, réfléchir sur les autres pour mener une réflexion sur soi- même

mentir pour se protéger, mensonge et confiance : « La rédaction » A. Skarmeta
découvrir la vérité, réalités diverses, mensonge et confiance : « Terminus grand large » Montarde, « Lettres d’amour de 0 à 10 ans »Morgenstern
réflexion plus large sur la vie : « Nuit d’orage » M. Lemieux : livre racontant une nuit passé par une petite fille qui n’arrive pas à dormir, des milliers de questions se bousculent dans sa tête. Ces questions et les hypothèses de réponses font l’objet de l’album. Le texte est écrit sur la page de gauche, une illustration au trait figure en vis-à-vis. Le lecteur suit le questionnement de l’enfant au rythme de l’orage ou plutôt de la tempête qui fait rage dans la tête de cette petite fille angoissée par ses peurs, ses questions existentielles sur l’origine de la vie, sur l’infini, l’amour, la mort, son manque de temps pour comprendre les mystères de l’univers.

Florence Breuneval, CPC, Gennevilliers

Documents joints