Publié : 19 février 2008

Les évaluations nationales : les constats liés à la production d’écrit

Compte rendu de l’intervention de Mme Jurado

Premiers constats :
-  aux évaluations nationales les compétences en compréhension se sont améliorées au cours de ces dernières années mais pas les compétences en production d’écrit
-  les recherches en production d’écrit sont mises en liaison avec les recherches sur l’apprentissage de la lecture et celles-ci traitant de l’acquisition du langage
-  ces recherches amènent à considérer que la production d’écrit n’est pas une simple transcription de l’oral et qu’elle est :

  • du signifié
  • un vecteur du développement culturel
  • une mise en avant de soi

la production d’écrit est donc en liaison par rapport au développement de l’individu

Une mise en mots de l’expérience

-  les carnets de lecture et d’écriture sont des outils intéressants et très formateurs dans la construction intellectuelle pour

  • penser sa ou ses lectures
  • procéder une mise à distance
  • passer de l’expérience « dite » à « l’objet écrit » que l’on peut regarder et relire
  • réfléchir et « se réfléchir » à travers ces traces écrites de soi

pour les élèves en difficulté cela ne va pas de soi

Le message est en mouvement, en construction

-  il peut ainsi être travaillé, réécrit car en disant autrement on signifie autre chose, une autre pensée (notion de brouillon)
-  en écrivant on sort de la norme, de sa norme : écrire c’est mettre un sujet en activité qui « dit » et qui « se dit » (construction de soi)
-  le sujet qui écrit est un émetteur qui écrit à un destinataire

Importance du destinataire

-  pour le sujet qui écrit, il est important de se représenter le ou les destinataires qui ne sont pas là, il s’agit donc d’une communication différée
-  la prise en compte du destinataire oblige à transformer la forme de l’écriture afin d’être explicite
-  le destinataire valide la production

Les blocages à la production d’écrit

-  ils se situent parfois dans la représentation que les élèves en ont, pour eux :

  • écrire c’est aligner des lettres et des phrases, d’où les problèmes de cohérence
  • écrire c’est faire une dictée quand on leur demande « que trouves-tu de plus difficile en écriture ? »
  • écrire c’est « apprendre »

l’écriture n’est pas perçue comme un élément de réflexion, il y a donc un écart entre les représentations des élèves et les attentes des enseignants