Publié : 19 février 2008

La trace écrite

Intervention de Mme Bautier

Questions de départ à se poser
-  Qu’est-ce qu’on fait de l’écrit ?
-  L’écrit c’est : Quand ? Pourquoi ? Pour quoi ? Comment ?

réflexion collective sur les fonctions de l’écrit
-  l’écrit sert à

  • communiquer
  • mémoriser
  • réguler, organiser la pensée
  • mettre en forme la pensée
  • construire la pensée
  • apprendre

- historiquement il n’y a pas d’écrit sans école et pas d’école sans écrit : l’écrit est essentiel dans l’apprentissage des savoirs

l’écrit est un élément complexe
-  écrire suppose que l’on pense : donc écrire c’est construire

  • parfois en classe, sont mises en place des situations qui donnent l’impression aux élèves de laisser seulement des traces écrites
  • ces traces écrites sont liées à d’autres éléments et d’autres fonctions : s’organiser, construire, mettre en forme
  • l’écrit est lié à l’apprendre car il est mis en liaison avec toutes les autres fonctions : on apprend simultanément le savoir et la forme du savoir

ex : copie d’un texte :
observer les élèves pendant la copie

    • certains élèves dessinent les lettres, les mots, les phrases sans donner de sens
    • certains ne mémorisent pas le modèle : ils regardent millimètre par millimètre
  • les élèves donnent du sens à ce qu’ils font mais pas celui qui leur permet d’apprendre car ils donnent du sens à la tâche matérielle

A quel moment utilise-t-on l’écrit pour apprendre ? Quelles sont les démarches intellectuelles mises en œuvre ?
-  utiliser les traces écrites supposent qu’au préalable l’enseignant se soit posé les questions : qu’est-ce qu’on en fait ? A quoi ça sert ?

  • la trace écrite est une trace d’activité et toutes les activités d’écriture ne se valent pas pour ce qu’elles mobilisent
  • apprendre à écrire c’est apprendre à décontextualiser : l’écrit a un début et une fin, cette fin organise le début
  • l’écrit est linéaire, on est obligé d’attendre à la différence de l’oral où parfois les mots s’enchaînent, de faire des choix en fonction des contraintes de l’écrit par rapport à l’oral
  • pour écrire, il faut avoir un projet d’écriture

la nature des traces écrites
-  le brouillon est une trace intermédiaire, transitoire

  • les écrits intermédiaires sont des écrits que l’on fait évoluer, ils sont pilotés par la forme de l’écrit final visé
  • ils correspondent à un moment d’apprentissage des notions, de structuration de la pensée
  • la notion de brouillon sous entend l’évolution du texte : pour le faire évoluer il faut le reprendre, le « revisiter » mais l’objectif n’est pas d’en faire « un beau texte » : travailler un texte n’est pas toujours « faire mieux » car l’objectif le plus important est de le « travailler »
  • travailler l’écriture c’est aussi « voir l’enjeu des mots », ce n’est pas seulement appliquer une règle d’écriture
    -  quelle est la tâche de l’enseignant quand il met les élèves en situation de production d’écrit ?

ex : apprendre à écrire une lettre

    • le plus important est-il de leur apprendre à écrire des lettres ou de leur apprendre la lettre comme genre ? car il s’agit d’un type d’écrit très diversifié (il existe des multitudes de formes de lettres)
    • l’étude de la complexité du genre (étude des ressemblances et des différences) est plus intéressante que de faire rentrer les élèves dans l’accomplissement d’une tâche scolaire « écrire une lettre »