Vous êtes ici : Accueil > Ecole et Cinéma > Saison 2011-2012 > Le Magicien d’Oz (2)
Publié : 7 novembre 2011

Le Magicien d’Oz (2)

arts et sciences

Le Magicien d’Oz, sorti en 1939 est tourné en « Technicolor ». Ce procédé mis au point en 1932 par
Herbert Kalmus permet de filmer tout en couleur (caméra Technicolor trichrome) grâce à 3 négatifs
noir et blanc, l’un étant sensible au rouge, l’autre au vert et le dernier au bleu. Les studios restent
frileux et ne s’engagent pas. Herbert Kalmus se tourne vers Walt Disney qui a l’intuition que cette
technique va vraiment dépasser en qualité tout ce qui a été fait auparavant.
1937 : Blanche-Neige et les 7 nains, 1er long métrage tourné en procédé Technicolor.
La couleur ne se veut pas réaliste mais tend plutôt vers l’exotisme et l‘imaginaire le plus pur. Nous
sommes à la veille d’un conflit mondial, il s’agit de donner du rêve à voir pour faire oublier
l’incertitude du monde.
Les activités proposées se situent principalement dans le domaine du « percevoir, sentir, imaginer,
créer » pour la GS et des « pratiques artistiques et histoire des arts » du CP, CE1. Elles nourrissent
la curiosité dans la découverte du monde et permettent de développer de nombreuses
compétences langagières : les élèves apprennent à communiquer sur ce qui est perçu, à rendre
compte de ce qu’ils ont observé, à argumenter, à expliciter un point de vue. Même si certains
concepts ne sont pas encore accessibles pour des élèves de cycle 2, le questionnement mis en
oeuvre s’apparente déjà à une démarche d’investigation. On peut schématiser…
Il faut bien faire la différence entre la notion de couleur qui fait référence au pigment :
3 couleurs primaires (jaune, rouge, bleu)
et la notion de couleur qui fait référence à la lumière :
3 couleurs fondamentales (rouge, bleu, vert dont le mélange reconstitue la lumière blanche
du soleil)
Pigments
- Collections, tris et regroupements :
Trier des matériaux selon la couleur, en regroupant différentes nuances, trouver des mots pour
décrire les nuances.
Ecrire les « mots qui font penser …. ». Ex : « Les mots qui font penser au blanc : le lait, le sel, la
farine, le nuage, la neige, la craie…. »
Malevitch, Carré blanc sur fond blanc (1918)
Réaliser un tableau monochrome.
Le Magicien d’Oz
Victor Fleming
Projection conférence au cinéma Jean Vigo
Gennevilliers
19.10.2011
Je me pose une
question
J’observe et je
manipule
Je réfléchis à ce qui
va se passer
J’ai trouvé une
réponse à la question
Recherche plastique et scientifique autour de la couleur
- Création d’un nuancier à partir d’une couleur primaire.
Que se passe-t-il si j’ajoute un petit peu de blanc ? Un petit peu de noir à ma peinture ?
Que se passe-t-il si j’ajoute un petit plus d’eau à de l’encre ?
Piet Mondrian, Tableau I, avec rouge, noir, bleu et jaune (1921)
Olle Baertling, Oga (1960)
- Comprendre les règles du mélange pour fabriquer les couleurs complémentaires
Avec 2 couleurs primaires, est-ce que je peux fabriquer d’autres couleurs ?
Noter les résultats
Si je mélange les 3 couleurs primaires, qu’est-ce que j‘obtiens ?
Construire une mosaïque de couleurs avec des pochettes plastiques ou du papier calque bleu,
jaune, et rouge.
Découpage de la matière en bandelettes ; les superposer et observer les changements de couleurs.
Ex : une bande jaune superposée sur une bande bleue laissera apparaitre un petit carré vert(ou tout
au moins, verdâtre) à l’endroit où les bandes se chevauchent.
- Chromatographie
Mais qu’y a-t-il dans du vert ? Dans du rouge ?
- des feutres à l’eau
- papier absorbant (filtre à café blanc)
- 1 récipient d’eau
- éventuellement de la ficelle et des pinces à
linge
On dessine un gros point sur une bandelette de papier (filtre) avec des feutres à l’eau. On plonge
tout doucement la bandelette dans l’eau qui ne doit pas toucher la couleur. Par capillarité l’eau
progresse dans le papier filtre, entraînant les différents pigments avec elle. Ceux-ci se séparent et
se déposent à différents niveaux, sur la bande de papier filtre. Pour chaque feutre, un nombre de
pigments est mis en évidence. Ex : avec un feutre vert, on met en évidence le bleu et le jaune.
www.centrepompidou.fr/education >dossiers pédagogiques>collections du musée
La couleur, Yves Klein, L’art surréaliste, Mondrian, etc
Lumière
Les objets n’ont pas de « couleur » à proprement parler, ils ont une capacité variable à réfléchir la
lumière en fonction des pigments dont ils sont recouverts. Ces pigments absorbent ou diffusent plus
ou moins les différentes radiations qu’ils reçoivent.
La couleur d’un objet dépend :
- de la composition de la lumière qui l’éclaire
- des caractéristiques de l’objet : interactions lumière/matière
- de l’oeil qui reçoit la lumière diffusée
- du cerveau qui traite l’information reçue par l’oeil
- La réflexion de la lumière
Fabriquer une boîte à couleur
De quelle couleur va devenir le papier banc collé sur les côtés de la boîte ?
1) On fixe le papier blanc sur les côtés intérieurs de la boîte et on tapisse le fond de papier
crépon rouge (on peut expérimenter avec d’autres couleurs).
2) Lorsqu’on éclaire le papier crépon très près avec la lampe de poche, les côtés de la boîte
deviennent rouge foncé.
La source lumineuse projetée sur la surface rouge du papier crépon se réfléchit sur les côtés de la
boîte
- Le parcours de la lumière
La couleur d’un objet dépend des obstacles placés entre l’objet éclairé et l’oeil.
On place un filtre entre l’objet et l’oeil : « Regarder à travers… » pour contribuer à une première
approche d’un parcours de la lumière entre la source, l’objet et l‘oeil.
On met à disposition des enfants divers matériaux sous forme de feuilles transparentes,
translucides ou opaques, de couleurs différentes (papier calque, cellophane, papier aluminium,
carton…)
Ils vont devoir regarder la classe, puis observer plus précisément un objet au travers de ces
différentes feuilles. Compétences langagières mises en oeuvre :
- décrire ce qu’ils font
- décrire les matériaux utilisés
- expliquer ce qu’ils voient
Cette situation permet de différencier les matériaux transparents (qui laissent passer la lumière) et
les opaques (qui ne laissent pas passer la lumière). « Je vois à travers » / « Je ne vois pas à
travers ».
- Des albums :
Trois souris peintres - Ellen Stoll Wash
Mijade
Petit Bleu et Petit Jaune - Leo Lionni
Ecole des loisirs
Une histoire de Caméléon - Léo Lionni
Ecole des Loisirs
Soleil tombé - Magali Bonniol
Ecole des loisirs
Bleu, bleu, bleu - Polly Dunbar
Kaléidoscope
Le magicien des couleurs - Arnold Lobel
Ecole des Loisirs
Le loup qui voulait changer de couleur - O.
Lallemand/E. Thuillier
- 1 boîte
- 1 lampe de poche
- du papier crépon rouge
- du papier blanc
- du ruban adhésif
- Des documentaires scientifiques :
Hors série La classe maternelle, 8 projets pour
l’école maternelle (2009)
La couleur - Mango Jeunesse
Le petit chercheur, La couleur - Bordas
Jeunesse
Lumière et couleurs - Millepages
Pleins feux sur la lumière - Editions Héritages
Claire Frayssignes, CPC
Groupe de travail Education au Cinéma

Documents joints