Vous êtes ici : Accueil > conférence de Mme Cellier "Enseigner le vocabulaire à l’école primaire" > LIRE DES RECITS LONGS, CYCLE 3 / COLLEGE
Publié : 20 mai 2012

LIRE DES RECITS LONGS, CYCLE 3 / COLLEGE

Conférence de PATRICK JOOLE

LIRE DES RECITS LONGS, CYCLE 3 / COLLEGE PATRICK JOOLE RETZ Scéren CRDP Académie de Versailles

Le but de l’ouvrage :

  • proposer aux enseignants de cycle 3,6e,5e, de manière concrète , un dispositif de lecture intégrale de récits longs pour les convaincre que la lecture de la littérature est possible quelles que soient les difficultés de lecture des élèves
    1ere partie : « Problèmes et clés »
  • précisions sur quelques notions importantes de la lecture littéraire des récits
  • description des composantes du dispositif et conditions pédagogiques dans lesquelles il peut et doit être mené
  • solution pour prendre en compte l’hétérogénéité des classes
    2e partie : Préparation des dispositifs de lecture « Prêts à l’emploi » pour six romans3e partie : « Conditions de la réussite » : Remarques et constats des enseignantsDernière partie : « Pour aller plus loin »Exemple de mise en réseaux de livres

Cet ouvrage n’apporte pas de solutions miracles aux problèmes de l’enseignement de la lecture mais propose des solutions concrètes. Le travail décrit vise :

  • à faciliter le parcours du lecteur seul avec le livre
  • à l’aider à mieux le comprendre, l’interpréter, l’apprécier, de manière à ce que l’élève le lise en entier et ait envie d’en lire un autre

LE PROBLEME ET LES CLES
Ecole et littérature
Les enseignants doivent faire face à une hétérogénéité plus grande de leurs classes en même temps ils sont encouragés à élargir et diversifier l’offre de lecture : la littérature fait ainsi une entrée remarquée dans les nouveaux programmes. Les recommandations s’accompagnent d’une liste d’ouvrages.Pourquoi lire ?

  • Lire pour être avec soi
    Lire suppose en apparence le retrait, une conduite de repli sur soi et d’oubli des autres : cette position de repli se justifie par la nature même de ce langage qui provoque des émotions. Celles-ci ne s’enseignent ni ne se transmettent car il s’agit d’une expérience individuelle procédant d’une intimité avec l’œuvre.Pourtant l’école peut, en encourageant la lecture (silencieuse ou à haute voix) créer les conditions pour que l’enfant éprouve l’enthousiasme ou le rejet, le trouble ou le malaise, l’admiration ou la défiance.L’émotion suppose un mode de lecture particulier qui repose sur une identification avec des personnages et sur l’acceptation par le lecteur de l’illusion référentielle c’est-à-dire la confusion entre le monde du texte et la réalité ;La fiction littéraire est un objet symbolique au sens où elle offre un univers, un espace et un vécu qui peuvent avoir un équivalent dans la réalité : la littérature ne rend pas compte de la réalité mais crée la sienne.Le texte littéraire est à écouter, à lire, à faire résonner en soi. Réfugié dans son livre, l’enfant vit par procuration et à distance, aventures et expériences : lier consiste alors moins à rester en soi qu’à sortir de soi.
  • Lire pour être hors de soi
    En plongeant dans ces univers imaginaires tellement crédibles, le jeune lecteur peut voir d’autres visages que le sien, la construction de sa personnalité peut être favorisée par cette confrontation avec des êtres et des lieux de papier : la littérature est un réservoir de situations et d’expériences dans lequel l’enfant peut puiser ce dont il a besoin. En explorant d’autres univers, il peut faire en pensée ce qu’il ne pourra peut-être jamais faire (plaisir de la compensation) et multiplier des expériences qui l’aideront à comprendre le monde dans lequel il vit.Pour vivre cette expérience, le lecteur doit accepter d’entendre un discours étranger sans craindre la dépossession ou la perte d’identité : la lecture est ainsi un acte de tolérance. La rencontre avec d’autres mondes conduit à la rencontre d’autres lecteurs : par cela lire est le contraire de s’enfermer. Parce que l’œuvre est symbole, elle invite à discussion et au débat sur les valeurs : le plaisir de lire vient aussi du plaisir d’en discuter.Les nouveaux programmes encouragent la tenue de débats interprétatifs qui permettent :. d’amener à la lecture des élèves éloignés de l’univers des livres. de se rendre compte qu’une histoire est souvent plurielle. de faire l’expérience de la délibération et du développement de la conscience critique Les livres ne peuvent exister que grâce à ces réseaux de lecteurs qui échangent, communiquent et transmettent. Ces réseaux de lecteurs sont aussi ceux de la classe et de l’école.
  • Lire pour se constituer une culture
    Lire consiste à savoir établir des liens entre les livres : l’acte de lecture repose sur le réseau de lecteurs et sur le réseau de lectures.Le plaisir de lire vient aussi de la reconnaissance dans le livre lu, d’histoires déjà lues ou entendues. Grâce à cette culture l’enfant peut se faire une représentation personnelle de l’homme et du monde augmentée de cette capacité à modifier cette représentation.
  • Lire pour le plaisir du texte
    Nous pouvons lire de deux manières différentes :. lire en apnée, en immersion totale, happés par l’intrigue et les personnages. lire en jouant : le lecteur se tient à distance, se dédouble (il est à la fois au-dedans et au dehors de la fiction) pour s’intéresser au texte en tant qu’objet construit.L’enseignement de la littérature doit prendre en compte cette double lecture, cette oscillation entre l’adhésion et le recul : l’école doit faire découvrir les deux modes de lecture ;Le développement de la conscience esthétique de l’enfant passe par la prise en compte des effets du texte, de la beauté d’une phrase…Lire une histoire c’est aussi percevoir l’originalité d’une tournure, d’une mise en mots.La perception de la voix d’un auteur repose sue cette perception du travail sur le langage. Lire de la littérature permet de se sentir intégré dans une culture une Humanité. Sans l’école, la littérature risque de ne plus appartenir qu’à une « élite » que les textes fondateurs d’une culture sont les éléments indispensables à une cohérence et un sentiment d’appartenance à une même nation

Quoi lire ?

  • de la littérature avant toute chose
  • des œuvres complètes
    . la « lecture longue » ( Instructions officielles de 1985) et la lecture de « textes longs » (« Maîtrise de la langue à l’école ») désignent à la fois une modalité de lecture et un support de lecture : l’adjectif « long » se réfère moins à l’épaisseur du livre qu’au temps mis par l’élève pour le lire.
  • notre objectif : lire une histoire en entier
    Lire des œuvres complètes à l’école fait peur. La lecture d’extraits pouvait donner l’illusion de la rentabilité pédagogique. Cette scolarisation de la lecture permet d’éluder la question de la transmission de ce qui fait réellement la lecture :
  • intimité avec un texte
  • émotions, dialogue avec un auteur
  • lien fait avec son expérience, avec d’autres textes
    Le but est d’offrir aux élèves des histoires qui les fassent réagir et qu’ils peuvent conserver dans leur mémoire.Lire une histoire complète ne consiste pas à laisser l’élève seul face au texte et à ses difficultés : l’école doit prendre en compte les difficultés des élèves de manières à ce que l’objectif soit aussi l’apprentissage de la compréhension de tous les niveaux d’une histoire.
  • quelles difficultés de lecture ? : 3 types de problèmes
    . les microtraitements. la compréhension générale. la compréhension d’un texte littéraire

. au-delà des microtraitements :

  • certains élèves de cycle 3 ont encore des problèmes d’identification de mots, la procédure n’étant pas suffisamment automatisée
  • certains ont du mal à relier les informations : les marques de ponctuation ou les connecteurs ne peuvent pas être pris en compte ce qui entraîne une mauvaise segmentation du message écrit.
  • Des problèmes de traitement des anaphores peuvent conduire à un mauvais repérage de l’unité thématique entre les phrases : ces problèmes ont des conséquences concernant la construction par le lecteur d’une représentation mentale de l’ensemble du texte.
    . Les problèmes généraux de compréhension
  • La compréhension générale d’un texte dépend du repérage et de l’interprétation des marqueurs de relation anaphorique.
    Dans un texte, le grand nombre de personnages ou d’actants (idée ou objet qui « fait avancer l’histoire ») peut entraver la compréhension. Il convient alors de prendre en compte le type et la nature des relations qu’ils entretiennent, de matérialiser ces réseaux relationnels qui sous- tendent l’organisation du texte : hiérarchiser, distinguer ce qui est principal, essentiel, qu’il s’agisse de personnages, d’événements, d’idées par rapport à ce qui est secondaire est fondamental pour la compréhension. L’élève doit être entraîné à cette tâche sous la forme d’un apprentissage de la technique du résumé ou de la synthèse.
  • la compréhension d’un texte consiste à identifier les composantes de l’énonciation :
    . identifier qui parle. qui raconte. qui prend la parole dans un dialogue. repérer le cadre spatio-temporel : le lecteur doit pouvoir reconstituer l’enchaînement chronologique des actions, y compris lorsque l’ordre des actions ne coïncide pas avec celui du récit de l’histoire.Parfois le cheminement d’un personnage ou d’un actant est à reconstituer mentalement par le lecteur.
  • connaître les règles de cohérence propres aux principaux types d’écrit favorise la compréhension de ceux-ci.

. les problèmes spécifiques de compréhension de fictions littéraires

  • comprendre un texte littéraire pose des problèmes liés au fait que le texte littéraire est ouvert à des lectures plurielles, qu’il fait appel à la mémoire et à la culture du lecteur : la lecture littéraire est inférentielle et intertextuelle.
    Les obstacles entravant la lecture :
  • non reconnaissance du genre auquel appartient le texte lu
  • non reconnaissance d’une cohérence narrative particulière (les élèves sont peu familiarisés aux structures par enlacement et emboîtement)
  • mauvaise identification du cadre spatio-temporel
  • non identification des choix narratifs effectués par l’auteur
  • nombre de personnages présents dans le récit
  • non repérage des ellipses narratives, non-dits, accélération temporelle
  • difficulté à appréhender les insertions dans le récit de fragments descriptifs, discursifs
  • non repérage du mécanisme de citations intertextuelles qui empêche de décrypter les allusions et d’accéder à un autre niveau de compréhension
  • non perception de la dimension réflexive du texte littéraire : le lecteur est inviter à réfléchir sur la nature même du texte qu’il lit, voire sur sa propre activité de lecteur
  • non perception de la dimension esthétique : le lecteur ne parvient pas apprécier, à caractériser un style, une adéquation entre le fond et la forme.
    → L’enseignant doit mettre en place des activités qui prennent en compte ces obstacles à la compréhension.

COMMENT LIRE DES ŒUVRES COMPLETES ?

  • Le dispositif de lecture longue :
    Il a pour objectif :. d’amener tous les élèves, y compris ceux en difficulté, à lire intégralement une œuvre de fiction. de tenir compte de l’hétérogénéité d’une classe . d’amener tous les élèves aux mêmes références culturellesLe rôle de l’enseignant est de montrer qu’un auteur n’œuvre pas pour une élite.
  • Comment différencier ?
    . l’enseignant doit pouvoir proposer aux élèves des itinéraires différents de lecture, ces itinéraires différents permettent à chaque élèves d’aller jusqu’au bout du livre mais en ne lisant pas le même nombre de pages ou la même quantité de texte.Pour préserver l’intégralité de l’œuvre et en faisant en sorte que la compréhension se soit pas altérée l’enseignant pourra résumer certains passages ou bien les lire lui-même à haute voix. il faut donc varier les paramètres de lecture : lecture du texte de l’auteur/ lecture de résumés/ lecture à voix haute pour différencier la lecture longue.Elèves au rythme de lecture lent : lecture de résumésElèves ayant des difficultés de lecture : lecture entendueTous les élèves liront en même temps et arriveront à la fin du livre en un même nombre de séances.
  • Le travail préalable de l’enseignant
    . lire préalablement le roman ou l’album pour en repérer les grandes étapes, les changements dans l’histoire qui concernent des lieux, des époques, des états de personnages des microruptures qui font progresser ou qui suspendent le récit.Ces étapes ne correspondent pas toujours avec les chapitres, chaque roman, album ... possède sa propre structure qu’il faut mettre en évidence afin de se demander quels passages sont essentiels pour la compréhension de l’histoire.. penser l’élaboration des itinéraires différenciés à partir de 3 questions :
  • quels passages peuvent et doivent être lus par les élèves en autonomie ? :
    • absence de difficultés majeures
      . le vocabulaire est courant, n’appartient pas à des champs trop techniques ou trop spécialisés. la syntaxe n’est pas trop complexe, les phrases ne sont pas trop longues. la compréhension du passage ne nécessite pas trop d’inférences
  • le caractère essentiel ou non essentiel pour la compréhension générale de l’histoire
  • la force émotionnelle ou esthétique particulière qui se dégage à la lecture du passage en question
  • quels passages peuvent et doivent être résumés ?
      • le caractère secondaire du passage
      • l’aspect trop difficile qui risquerait de faire perdre au lecteur le fil de l’histoire
  • quels passages peuvent, voire, doivent être lus par l’enseignant ?
  • le caractère essentiel du passage
  • l’aspect trop complexe de celui- ci
  • le souci de préserver la confrontation avec un travail stylistique propre à un livre ou un auteur
    -  les modalités de lectureLes itinéraires différenciés ont été préparés par l’enseignant, l’esprit et l’objectif du dispositif doit être expliqué aux élèves pour qu’ils s’engagent et passent un contrat.Le contrat de lecture :- s’engager à lire son livre jusqu’au bout pour se sentir responsable de son apprentissage- l’élève peut choisir l’itinéraire le plus adapté à ses capacités de lecture- le rôle de l’enseignant est de conseiller ce choix quand l’élève sous évalue ou sur évalue, pour l’orienter vers un itinéraire plus adapté - Lire une histoire jusqu’au bout mais en combien de temps ?Compte tenu des risques de lassitude des élèves, des problèmes de mémorisation, certains livres peuvent être lus en deux, voire, trois semaines. Cela suppose un rythme régulier de lecture 1/2h à 1 heure par jour, à raison de 3h de lecture hebdomadaire.Cet emploi du temps hebdomadaire n’est pas le même tout au long de l’année puisqu’une place doit être réservées aux autres types d’écrits.
  • Les regroupements
    Les élèves sont invités à se regrouper afin de parler ensemble du livre qu’ils sont en train de lire pour :- créer un réseau de lecteurs- suggérer un projet collectif qui concerne tous les élèves- montrer que l’acte de lire n’est pas individuel et solitaire- motiver la lecture pour certains élèves par ces rendez-vous de discussionLes dates des regroupements sont décidées à l’avance et marquées sur les itinéraires de lecture. Les dates sont identiques pour tous les élèves.Les regroupements interviennent après la lecture d’étapes clés du livre, des passages importants où les interprétations des élèves peuvent être différentes.Contenu des regroupements :- émissions d’hypothèses sur la suite de l’histoire- rappel de ce qui a été lu pour comparer la compréhension à celle des autres, s’apercevoir de leurs éventuelles erreurs, s’ajuster si nécessaire - échanges interprétatifs : dire ce qu’on a compris- échanges d’avis ou confrontations d’opinionsRôle de l’enseignant- réguler les échanges, veiller au respect de l’écoute mutuelle- laisser la parole des élèves se déployer- se tenir en retrait- intervenir pour préciser l’objectif du regroupement, lancer, relancer les échanges par des questions, des remarques- encourager les élèves à établir des liens entre différents moments de l’histoire ( page 47 : propositions de relances possibles) Quels accompagnements Des apprentissages sont indispensables pour amener les élèves en difficulté à ne pas renoncer à la lecture, pour faire percevoir à d’autres que comprendre est prendre en compte toutes les dimensions de l’œuvre pour se forger une interprétation personnelle.

5 modalités d’accompagnement peuvent être envisagées :- la mise en appétit :.donner envie aux élèves de lire . ne pas différer l’entrée dans le livreQuelques exemples :

  • lire le début du livre
  • raconter (et non lire) le début du livre
  • lire un extrait accrocheur
  • lire deux extraits de deux livres différents en parallèle
  • visionner un film ou un extrait de film adapté du roman
  • partir de faits d’actualité se rapprochant de l’intrigue du roman
  • observer l’objet- livre et le paratexte
    Avant la lecture d’un roman fantastique ou policier on peut comparer les couvertures, les jaquettes ou les logos des collections de livres du même genre afin de cerner quelques invariants ou quelques spécificités propres à ces genres.Avant la lecture de roman épistolaire on peut mettre en regard plusieurs illustrations représentant héros ou personnages en train de rédiger des missives afin de faire des hypothèses sur leur personnalité, leur manière d’écrire.Les fiches d’accompagnementDes fiches d’aide à la compréhension Elles ont pour but de lever les obstacles à la compréhension sur des points ou des éléments qui pourraient poser problème :
  • une fiche aide concernant les personnages si le nombre de personnages de l’histoire est important, élaboration d’un schéma matérialisant les personnages, les relations entre eux ( exemple de schémas pages 55, 56,57, 58, 59 pour le roman « Le roi de la forêt des brumes » M. Morpurgo)
  • une fiche aide concernant au nombre d’événements de l’histoire : consulter, compléter au fur et à mesure de la lecture et de l’avancée dans le roman une fiche rappelant les principaux épisodes de l’histoire pour en faciliter la mise en mémoire
  • fiche permettant de visualiser schéma narratif, schéma des personnages, carte retraçant les déplacements du héros pour se remémorer ce qui a été lu la veille
  • des exemples de fiches sont proposées à partir de la page 60 pour différents romans : « Le mystère de l’éventail rouge » S. Bernard, « Les joues roses »M .Ferdjoukh, « Les Massachusetts prennent la plume » R. Detambel, « Le vieux fou de dessin »F. Place, « Promenade en temps de guerre »A. M Pol, « prisonnière du tableau »G. Moncomble
  • fiche aide concernant les obstacles de lecture liés au lexique
    Les itinéraires différenciés permettent de prendre en compte les difficultés lexicales puisque le choix des passages à résumer ou à lire dépend aussi de cette donnée. Pour les élèves ayant à lire tous les passages, une fiche donnant la signification en contexte des mots jugés difficiles soit parce que rares, soit parce que possédant en contexte un sens inhabituel.On peut regrouper les mots par champs sémantiques ou lexicaux pour favoriser la mise en mémoire.

Six romans lus en entier avec propositions d’itinéraires différenciés page 105 :

  • « La bicyclette hantée » Gail Herman
  • « Du commerce de la souris » Alain Serres
  • « Comment Wang-Fo fut sauvé » Marguerite Yourcenar
  • « Le royaume de Kensuké » Morpurgo
  • « Les Massachusetts prennent la plume » Régine Detambel
  • « L’œil du loup » Daniel Pennac
    Condensé de lecture fait par Florence Breuneval, CPC, Gennevilliers

Documents joints