Vous êtes ici : Accueil > PALM@IR & Prix Littéraire > 01.Le PRIX LITTERAIRE > Le prix 2013 2014 > Animation Peda 1 > contes en haïku > « Il était une fois…contes en haïku »
Publié : 13 février 2014

« Il était une fois…contes en haïku »

« Il était une fois…contes en haïku »Agnès DomergueCécile HudrisierEditions Thierry Magnier

« Petit capuchon
noisettes et fraises des bois
rencontrent le loup »

Un conte bien connu se cache derrière ce haïku et je suis sûre que vous l’avez deviné ! 19 autres poèmes se trouvent dans ce livre.
Dans Il était une foisContes en haïku, ce sont 20 contes classiques qui sont évoqués, chacun par une double-page. A gauche se trouve un haïku, finement pensé par Agnès Domergue et à droite, une illustration, joliment aquarellée par Cécile Hudrisier.

Il était une foisContes en haïku est un livre de poésie, un livre de contes et aussi un livre-jeu où l’on s’amuse à deviner quel conte est représenté. Les illustrations de Cécile Hudrisier sont d’une délicatesse qui laisse sans voix, croyez-moi !
La qualité de fabrication de l’album (couverture blanche et élégante ; dos toilé) contribue pleinement à faire naître le sentiment de tenir un album précieux, un album dont les mots se savourent et se chuchotent, un livre-objet à offrir et à s’offrir…
Gaëlle Farre1.Le haïkuLe répertoire de Contes en éventail s’inspire de diverses expressions littéraires du Japon, et notamment de sa forme la plus emblématique : le haïku. Les haïkus sont de courts poèmes sans rime qui comprennent un mot de « saison ». Autrement dit, un mot qui fait référence à une saison ou à la nature. Cette forme de poésie japonaise sert à exprimer les émotions, le moment qui passe, qui émerveille et étonne. Un haïku s’écrit généralement en un instant, car la spontanéité est importante. Il doit être ancré dans le monde physique, l’environnement, et surtout dans l’imaginaire. La paternité du haïku est attribuée au poète japonais Basho Matsuo (1644-1694). Au Japon, cet art est très populaire ; presque tous les japonais connaissent quelques haïkus des plus grands poètes.Rien ne dit dans le chant de la cigale qu’elle est près de sa finBasho Matsuo

Connaître l’haïku :Les 6 caractéristiques du haïku sont :1. L’instantLa principale caractéristique du haïku est de « dire l’instant dans l’instant », de situer dans le temps et l’ espace, à la manière d’une photo instantanée. 2. La brièveté Sa seconde caractéristique est sa brièveté. Il est traditionnellement composé de 17 syllabes, réparties sur trois vers (5/7/5 syllabes). 3. Les saisonsLe haïku traditionnel évoque une des quatre saisons, ceci parfois d’une façon très vague ou sur un élément tout à fait spécifique. 4. L’absence de rimeLe haïku est composé de trois vers qui ne sont pas rimés.5. La syntaxeUne phrase incomplète est souvent le propre du haïku, fragment de la réalité. 6. Les cinq sensUn haïku est généralement en lien avec l’un de nos cinq sens (le toucher, le goût, l’ouïe, l’odorat ouLa vue). Il combine parfois deux ou trois sens dans un même texte. Contes en éventail, dossier pédagogique 2010/2011/JMF (Jeunesses musicales de France)

Démarche proposée :Phase 1 : découverte du titre et de la couverture► rechercher des indices, faire des hypothèses, anticiper sur le type d’écritMatériel :

  • un livre pour deux élèves
  • une affiche pour noter les observations et les hypothèses
  • photocopie agrandie de la couverture ou scanne projeté au tableau afin d’entourer et de faire visualiser certains indices

Gestion du groupe classe :

  • élèves par binôme
  • distribuer le livre aux élèves en leur demandant d’observer et de discuter à deux de la couverture ( bien leur signaler qu’ils ne doivent pas ouvrir le livre, ni regarder la 4 e de couverture)
  • les élèves notent sur leur ardoise les éléments qui leur paraissent intéressants, ce qu’ils ont découvert à partir de cette couverture
  • l’adulte passe observer les productions sur les ardoises afin de les exploiter lors de la phase de synthèse collective qui suivra
  • il écoute les élèves, les questionne, les relance à partir des éléments oraux ou écrits répertoriés par le binôme
  • phase de mise en commun collective :
  • « Quel est le titre de cet ouvrage ? » :
  • qu’évoque « il était une fois » pour les élèves ? 
  • « haïku » : mot inconnu des élèves, les initier à la prononciation de ce mot nouveau, « de quel origine peut être ce mot ? », « pourquoi ? », « que veut-il bien signifier ? »
  • faire des hypothèses et les noter sur l’affiche mémoire afin de garder une trace
  • illustrations :
  • certains élèves ont-ils prélevé des indices qui leur permettent de retrouver un conte ? exploiter ces ressources
  • deux contes reconnaissables à l’illustration : noter par écrit ces contes sur l’affiche hypothèses
  • analyse de l’illustration : présentation sous forme de bulles, de ballons, attachées les unes aux autres par des éléments
  • retour sur les premières hypothèses et nouvelles hypothèses sur « quel va être le sujet de ce livre ? »
  • noter les hypothèses sur l’affiche

Phase 2 : Découverte des haïkusPlusieurs possibilités de découverte soit orale soit par entrée dans l’écritMatériel :

  • ardoise
  • tableau « découverte des haïkus » avec différentes cases à compléter au fur et à mesure
Haïkucontes
  • découverte orale :
  • reprise des écrits construits lors de la phase 1, rappel de la séance, lecture des hypothèses
  • « aujourd’hui nous allons découvrir ces « haïkus » »
  • l’adulte choisit un certain nombre d’haïkus qu’il lit aux élèves
  • lire les haïkus un par un
  • lire le premier haïku « Petit capuchon noisettes et fraises des bois rencontrent le loup »
  • « Je vais lire l’haïku, si vous avez trouvé un élément, une idée, vous l’écrivez sur l’ardoise »
  • observer les élèves, réagissent-ils, certains ont-ils des réactions gestuelles
  • faire lever les ardoises
  • demander aux élèves : « quel conte est en liaison avec cet haïku ? »
  • attendre les propositions des élèves, les analyser puis valider
  • écrire le nom du conte au tableau « Le petit chaperon rouge »
  • puis
  • afficher l’haïku écrit au tableau
  • rechercher collectivement les indices qui permettaient de trouver, les souligner sur l’affiche haïku
  • compléter le tableau « découverte des haïkus »
  • bilan : l’haïku est un très court texte qui ne donne que des éléments principaux des contes afin de nous permettre de les deviner
  • reprise de la recherche : même démarche,
  • lecture orale par l’enseignant
  • écriture des élèves sur l’ardoise
  • observation des ardoises
  • noter le nom ou les noms trouvés par les élèves au tableau
  • validation avec retour sur le texte
  • « Au bout d’une chemin sept enfants perdus pleurent des petits cailloux »
  • souligner les éléments du texte en lien avec le conte « Le petit poucet » si nécessaire demander aux élèves de faire un rappel de récit oral
  • compléter le tableau « découverte »
  • reprise de la recherche :
  • même démarche
    - « Citrouilles et haillons s’oublient le temps d’une danse minuit dit la lune »
  • Découverte par l’écrit, lecture des haïkus :
  • Cette démarche s’inspire de celle citée plus haut mais le départ n’est pas oral mais écrit :
  • Les élèves sont placés par binôme
  • Distribution d’une petite feuille sur laquelle est écrit un haïku : reprendre les mêmes propositions
  • Les élèves inscrivent la réponse sur l’ardoise
  • La démarche d’analyse est la même que pour la découverte orale
  • Le tableau à compléter est identique
  • distribuer le livre :un pour deux
  • retrouver les haïkus lus lors de la séance
  • observer les illustrations
  • lire la 4e de couverture
  • bilan concernant la découverte des haïkus :
  • amener les élèves à comprendre ce qu’est un haïku en donnant cette explication : « Les haïkus sont de courts poèmes sans rime qui comprennent un mot de « saison ». Autrement dit, un mot qui fait référence à une saison ou à la nature. Cette forme de poésie japonaise sert à exprimer les émotions, le moment qui passe, qui émerveille et étonne. Un haïku s’écrit généralement en un instant, car la spontanéité est importante. »

Phase 2 : découverte dhaïkus de contes moins connusMatériel :

  • affiche avec conte à trouver et binôme noté
  • feuille recherche binôme sous forme de tableau
Nom des élèves du binôme {{}} {{}}
Haïku Conte recherché Résumé du conte
  • la démarche proposée peut être soit orale soit écrite comme lors de la phase 2
    ► amener les élèves à percevoir que certains haïkus sont plus compliqués à deviner car la connaissance des contes est moins fiable► rechercher ces contes moins connus en BCD ou à la bibliothèque de quartier pour comprendre l’haïku
  • lire ou faire lire un haïku
  • « Nuit cahotée sous le poids des matelas Aïe ! Un pois sournois »
  • demander aux élèves d’écrire la réponse
  • faire une synthèse des réponses
  • quels indices ont prélevé les élèves qui ont trouvé ?
  • sinon, comment faire pour trouver le conte en question ? recherche en BDC ou à la bibliothèque de quartier
  • recherche :
  • pour chercher le conte quels indices semblent pertinents ?
  • noter sur une affiche tous les indices cités par les élèves
  • recherche en BDC ou à la bibliothèque :
  • les élèves sont par binôme, les noms des élèves ont été notés sur l’affiche afin de savoir qui cherche quoi  ?► organiser les recherches
  • chaque binôme a en sa possession un haïku dont il doit retrouver le conte
  • se diriger pour trouver ? coin conte (►se repérer dans une bibliothèque)
  • comment chercher ? regarder la tranche des ouvrages pour observer rapidement (►lecture rapide) si des mots dans le titre conviennent à nos indices prélevés
  • si oui, prendre le livre et procéder à une lecture rapide, en diagonale ou lecture de la 4e de couverture
  • compléter la feuille recherche binôme
Nom des élèves du binôme {{}} {{}}
Haïku Conte recherché Résumé du conte

► produire un écrite court : le résumé

  • la 3e colonne peut être complétée sur place ou les élèves ramènent les livres en classe et le tableau est complété sur plusieurs jours en fonction des capacités de lecture des élèves
  • pour cette étape : l’enseignant peut laisser en autonomie les élèves performants et prendre en charge en atelier les élèves les plus en difficulté pour aider :
  • à la lecture du conte par une lecture entendue
  • à la construction du résumé par une dictée à l’adulte
  • synthèse des recherches :
  • les tableaux complétés des différents groupes sont affichés et chaque binôme vient présenter l’haïku et le conte correspondant avec lecture du résumé produit
  • l’enseignant construira un produit fini reprenant le tableau recherche par binôme et répertoriant les haïkus et les contes moins connus découverts afin de construire un outil qui servira aux élèves à présenter ce livre lors du prêt aux familles

Tableau récapitulatif des recherches :

Haïku Conte recherchéRésumé du conte

► mettre à profit les recherches faites en classe au sein du milieu familial ► transférer ces connaissances, mettre en valeur son travail

  • mise à disposition des livres empruntés dans la classe afin de permettre à tous les élèves de lire les différents contes plus ou moins connus

Phase 3 : différentes activités autour des haïkus :1. construire des haïkus pour faire deviner les livres du Prix littéraire

  • au fur et à mesure des découvertes des différents livres de la sélection, les élèves vont écrire par binôme des haïkus
  • la phase de synthèse permettra de présenter les différentes productions
  • mise en forme :
  • création d’un petit livret sur lequel seront écrits les différents haïkus des élèves avec réponse à la fin du livre

2 . mettre en place un « défi haïku » entre deux classes dune même école ou de deux écoles différentes

  • démarche :
  • annoncer les règles du défi à l’oral et par écrit
  • envoyer par mail ou par l’intermédiaire du « Blog PLE Gennevilliers » un haïku ou plusieurs haïkus aux différentes classes participant au défi
  • laisser une semaine pour répondre, donner une date butoir
  • les enseignants de chaque classe consultent les réponses et donnent un point par bonne réponse

• A partir de photographies, inciter les élèves à créer des haïkusA partir de photos, chacun dit un mot (substantif, verbe, adjectif, adverbe). L’enseignant note les propositions puis on essaie, soit oralement en collectif (CP/CE1), en jouant d’un mot à l’autre, de créer quelques phrases, soit individuellement, de produire un haïku (CE2/CM1/CM2).Les phrases sont lues immédiatement et affinées oralement, puis retranscrites. Avec les plus âgés, on demandera le respect de la règle des (5/7/5) ou de créer d’autres rythmes (4/8/4...). Pour les plus jeunes, on incitera à des productions « court/long/court ». Terminer par la lecture soignée des haïkus. Un haïku se lit deux fois : la première pour le plaisir de la découverte, la deuxième fois pour savourer la finesse de l’expression.

• Exprimer des haïkus avec son corpsA partir du travail réalisé en Français, on pourra élaborer une danse pour interpréter un haïku déjà créé. A l’inverse, il est possible, en s’inspirant d’une danse interprétée par un élève, de retranscrire un haïku. La phase de recherche peut se faire par petits groupes. Pourquoi ne pas passer ensuite de l’espace intime à l’espace partagé, en présentant les « haïkus dansés » devant un public ?

{{}}( pour faciliter la démarche on peut :Phase de départ : s’inspirer d’un ou deux haïkus proposés par le livre et travailler le mime  : quels mots retenir ? Comment les mimer ?

  • cette phase est alors collective pour définir ensemble certaines contraintes

Phase suivante : les élèves sont par binôme et vont exprimer un haïku devant les autres élèves qui doivent le découvrir

  • choisir un haïku
  • déterminer les mots à mimer
  • déterminer la gestuelle
  • s’entraîner

• Illustrer des haïkusRéaliser une production en deux ou trois dimensions, individuelle ou collective, afin d’illustrer un haïku. Utiliser pour cela des magazines, catalogues, livres, photographies. Travailler à partir d’images d’éléments naturels, de paysages dans le but de retranscrire les émotions liées à une saison. Commencer à expliciter ses choix et ses jugements avant de retravailler sa production.

Trois propositions de Contes en éventail, dossier pédagogique 2010/2011/JMF (Jeunesses musicales de France)

Florence Breuneval, CPC Gennevilliers

Documents joints