Publié : 21 avril 2005

Maîtriser la langue

La maîtrise de la langue : un enjeu, un outil

Etre compris et comprendre - le langage un outil de pensée

Schéma 1

outil de communication, outil de réflexion, de pensée

- percevoir les situations variées de la langue
- mettre en place des actes mentaux qui analysent les situations .
- se servir de la langue dans des situations différentes .
- construire sa pensée .
- analyser la langue en tant qu’ " objet " : métalinguistique

devenir utilisateur et usager conscient de la langue orale et écrite

dans cette optique , maîtriser la langue c’est aussi : . oser parler : liaison avec la motivation, la mobilisation la perception de soi la construction de la personnalité la citoyenneté

savoir formuler à l’oral

pouvoir dire ce qu’on veut signifier, exprimer sa pensée la plus complète possible

aspect théorique de la langue :
- le langage, en général, est un outil de représentation qui permet une appropriation du réel par le sujet en mettant en place une " mise à distance " ( Vygotsky, Bruner, Bautier)
- le réel est alors pensé et devient alors intelligible et communicable . la langue devient un mode de représentation symbolique ( Piaget) pour ce qui est momentanément ou définitivement absent : cette " langue à distance " ( Massonet , Jeanjean) est souvent utilisée lors de certaines activités telles que : raconter une histoire lue à un groupe qui ne l’a pas entendue, raconter une expérience non vécue par l’autre...elle nécessite une mise à distance mentale : le discours doit être pensé, construit avant d’être dit pour devenir logique, communicable et intelligible.
- cette forme de langue se rapproche de l’écrit car la demande d’explicitation est maximale.
- l’entraînement à dire amène le sujet à établir des relations entre les événements et à les interpréter : il met en étroite relation le " dire " et le " penser " (traitement de l’information)

mise en place de référents communs non ambigus :
- il est intéressant et nécessaire de partir des références personnelles, individuelles et différentes pour arriver à des références communes communicables en dehors de l’espace classe.
- le langage implicite devient explicite et permet : de savoir de quoi on parlede réinvestir hors contexte d’aller du particulier lié au vécu au général communicable et transférable ( Piaget)

le langage : un outil d’apprentissage :
- le langage conduit à mobiliser : subjectivité cognition rapport au monde connaissance du monde
- quand on " parle " on mobilise tous ces registres en même temps car le langage est une mobilisation de soi et un mode de pensée
- apprendre c’est alors : se déplacer changer changer de langage changer du langage .
- si on part de ces constats, le langage pose un problème aux élèves en difficulté car on aborde le problème du changement d’identité par un état de remise en cause de soi : " corriger ", " reprendre " un élève, " reprendre son langage " c’est aussi " corriger " la personne pour l’amener à changer
- le fonctionnement cognitif lié à l’usage cognitif du langage : on utilise le langage pour : analyser se représenter l’expérience le relier à des expériences antérieures catégoriser généraliser se représenter son travail mental pour le planifier, l’organiser, le contrôler ( conscientisation).
- faire la différence entre " parler à l’enfant " et " parler avec l’enfant " : " parler à l’enfant " c’est utiliser un langage essentiellement injonctif pour le mettre principalement en position d’exécutant . " parler avec l’enfant " c’est poser un objet de discours que l’on explore, analyse et commente, ce sont les usages soutenus de la langue qui font du langage l’organisateur cognitif principal

schéma 2 :

Anne -Marie Doly " Problèmes d’apprentissage, problèmes d’enseignement "

Activités de CONSTRUCTION des connaissances

Activités de STRUCTURATION des connaissances Comprendre

Apprendre Perturbation

Problème But Projet Assimilation (recognitive)

Essais de schèmes connus Situations d’émergence Echec

Obstacle Avec prise de conscience d’un manque par rapport aux schèmes connus et par rapport au but à atteindre Accomodation

Adaptation Recherche de schèmes nouveaux par perception, imitation

Assimilation Reproductrice Généralisatrice

Fixer en Mémoire à Long Terme avec traitement de l’information Prise de conscience et décontextualisation Reconstruction formalisée Répétition Généralisation transfert

CONCLUSION La mise en relation du schéma 1 et du schéma 2 permet d’aboutir à la conclusion : maîtrise du langage

être compris . comprendre . apprendre outil de outil de outil communication réflexion, d’apprentissage de pensée

Apprendre à communiquer . Communiquer pour apprendre

. le langage permet ainsi :

- du point de vue de l’élève :

  • une verbalisation , une parole facilitée plus importante au sein du groupe
    -* des exigences au niveau du lexique tout en le mettant en liaison avec les différents registres de langue
    -* une importance cognitive du langage pour expliquer ses démarches, argumenter, transmettre
    -* un engagement devant le groupe par la prise de parole : celui qui s’exprime affirme sa personnalité, découvre, parfois, sa personnalité, il se trouve confronté à une sorte de défi

- une interaction élève/ élève, élève / maître qui permet :

  • une construction des savoirs dans une culture commune . des effets structurants à plusieurs niveaux :
    • symbolique car l’activité aide à la prise de conscience du caractère indispensable des règles, de la nécessité du symbolique pour codifier les relations sociales
    • .cognitif par
      • la clarification des buts et des moyens ( Bruner)
      • la mise en ordre qui fait suite à l’action ( clarté cognitive)
      • psychologique car la révélation des procédures personnelles, même erronées, lors de la verbalisation et de l’explicitation change le statut de l’erreur qui n’est plus " faute " mais tremplin et support de clarification à de nouvelles acquisitions
      • la prise de conscience du but à atteindre avive la curiosité et l’implication . le comportement change

- du point de vue de l’enseignant :
observer, écouter pour connaître les démarches et les procédures personnelles des élèves
transmettre du savoir en s’appuyant sur le cheminement intellectuel des élèves
accepter l’erreur comme source de connaissances et comme une étape obligée des apprentissages
s’adapter au raisonnement des élèves pour aider à la formalisation d’une connaissance transférable

- Parler plus, parler mieux, parler opportunément

  • lexique et vocabulaire " Les mots ne se réduisent pas à leur signification stricte. Il y a tout ce qui entoure chacun de ces mots, pour celui à qui on le dit, pour l’émetteur, pour les autres qui le reçoivent " F. François .
  • le vocabulaire est l’actualisation dans un texte du lexique . le vocabulaire s’acquiert au fil des échanges, des dialogues, de la vie de la classe, de l’école dans la recherche du terme juste

- A partir de ces constats plusieurs questions se posent :

  • quel est la bagage lexical des élèves en arrivant en PS . .
  • comment favoriser l’acquis des compétences lexicales .
  • comment accroître le stock de mots . . comment favoriser la fluidité, la créativité lexicale .
  • comment apprendre à passer d’un registre de langage à un autre, tout en faisant des inférences entre ces registres de langage .

- structurer le lexique :

  • diversifier le vocabulaire .
  • prendre conscience des relations que les mots entretiennent les uns avec les autres .
  • aborder les différents registres de langue .
  • acquérir des mots qui se réfèrent aux aspects du monde directement observables .
  • acquérir des mots abstraits (ex : verbes mentaux : imaginer, rêver) ou des termes dénotant des émotions , des sentiments .
  • préciser et affiner le sens des mots

- prendre conscience des relations que les mots entretiennent les uns avec les autres.
- les relations paradigmatiques . certains mots sont opposés, d’autres sont synonymes, d’autres constituent des réseaux sémantiques .
- les relations syntagmatiques . comprendre que les mots peuvent ou ne peuvent pas apparaître ensemble dans une phrase .
- mettre en liaison l’apparition de ces mots les uns avec les autres en les mettant en liaison avec le sens ( sémantique) .
- les acquisitions lexicales liées aux acquisitions grammaticales et discursives .les mots ont un sens mais aussi des propriétés grammaticales : ils remplissent certains rôles dans la phrase

. Parler pour construire sa personnalité

une culture c’est d’abord un ensemble de représentations symboliques, le langage aide l’enfant à s’introduire dans cet espace symbolique en :
- le mettant à distance par rapport au monde des choses . le confrontant à différents modes de représentations du monde .
- l’amenant à penser le monde à partir d’activités mentales lui faisant prendre conscience de soi et de ses compétences à travers la réflexion sur son travail et ses productions .
- l’aidant à passer des savoirs " non conscients " aux savoirs " conscients et volontaires " .
- l’aidant à passer des " concepts quotidiens " du vécu familial aux " concepts scientifiques " et systématisés des savoirs universels (Vygotsky) " L’apprentissage anime chez l’enfant des processus qui a un moment donné ne lui sont accessibles que dans le cadre de la communication avec l’adulte et de la collaboration avec les camarades mais qui une fois intériorisés deviendront une conquête propre de l’enfant " (Vygotsky)

Florence Breuneval, CPC, Gennevilliers

En document joint : A partir du travail mené en animation pédagogique circonscription de Saint Marcellin Compte rendu fait par Frédérique Mirgalet, conseillère pédagogique " Entrer dans la littérature au cycle 1 "

Documents joints