Vous êtes ici : Accueil > PALM@IR & Prix Littéraire > 02.PALM@IR > Cycle 1 > Animation 2004-2005 > Documents et Références > NOUVEAUX PROGRAMMES CYCLE 1
Publié : 27 avril 2005

NOUVEAUX PROGRAMMES CYCLE 1

NOUVEAUX PROGRAMMES CYCLE 1

LE LANGAGE AU COUR DES APPRENTISSAGES

OBJECTIF

" En accueillant des enfants de plus en plus jeunes, l’école maternelle a fait du langage oral l’axe majeur de ses activités "
.amener les élèves au cours de leur parcours à construire des énoncés complexes et à les articuler pour raconter une histoire, décrire un objet, expliquer un phénomène

PERMETTRE A CHAQUE ENFANT DE PARTICIPER AUX ECHANGES VERBAUX DE LA CLASSE ET INSCRIRE LES ACTIVITES DE LANGAGE DANS DE VERITABLES SITUATIONS DE COMMUNICATION

-  arrivant à l’école maternelle l’enfant perd l’évidence de la communication attachée au milieu familial
.difficulté pour se faire comprendre
.difficulté pour comprendre
-  la pédagogie du langage repose sur le rétablissement et le maintien de la
communication entre :
. chaque enfant et les adultes de l’école
. chaque enfant et tous les autres
-  cette communication peut ne pas être seulement verbale et peut s’inscrire :
.dans les gestes et les attitudes
.dans la clarté et l’évidence des situations
-  cela sous entend un souci d’explicitation du vécu quotidien, une verbalisation simple
et ancrée dans son contexte pour amener l’enfant à passer d’un usage du langage en
situation (lié à l’expérience immédiate) à un langage d’évocation des événements
passés, futurs ou imaginaires pour lui donner tous les moyens nécessaires à une
bonne entrée dans l’écrit

ACCOMPAGNER LE JEUNE ENFANT DANS SON PREMIER APPRENTISSAGE DU LANGAGE
LE LANGAGE EN SITUATION

-  comprendre les énoncés qu’on leur adresse directement, articulés avec l’action ou l’événement en cours
-  se faire comprendre dans les mêmes conditions
-  créer pour chaque enfant le plus grand nombre possible de situations d’échange verbal ayant du sens pour lui et le concernant directement
-  inscrire les activités de langage dans l’expérience (verbaliser les actions) et multiplier les interactions
. verbaliser la situation en cours
. solliciter l’échange
. interagir avec l’enfant lorsqu’il essaie de produire un énoncé
. contrôler la compréhension construite par l’enfant
. relancer l’effort d’interprétation de la situation et des énoncés qui la commente
. utiliser expression de la voix et des gestes
. utiliser les moyens non verbaux de la communication
. utiliser une marionnette ou une marotte pour créer un dialogue qui engage les plus timides à parler

APPRENDRE A SE SERVIR DU LANGAGE POUR EVOQUER DES EVENEMENTS EN LEUR ABSENCE : EVENEMENTS PASSES, A VENIR,
IMAGINAIRES

- vers 3 trois ans une nouvelle étape conduit l’enfant à entrer dans un langage susceptible d’évoquer des situations ou des événements qu’il n’est pas en train de vivre

-  l’aider à :
. acquérir les moyens adéquats pour le verbaliser
. se faire comprendre lorsque l’interlocuteur n’a pas vécu la situation évoquée
. maîtriser un lexique de plus en plus précis et abondant
. maîtriser des structures syntaxiques et des formes linguistiques nouvelles
. reformuler les premiers énoncés pour fournir des points d’appui nécessaires à la compréhension
. dialoguer pour mettre en place une interaction pour amener l’interlocuteur à comprendre

-  rappeler verbalement les activités qui viennent de se dérouler dans la classe
. le rappel de ce qui vient de se passer dans la classe est l’une des meilleures entrées dans ces apprentissages
. faire varier :
. la complexité des événements
. le temps qui sépare le moment où ont-ils ont eu lieu du moment où ils sont évoqués
. le caractère individuel ou collectif de la verbalisation
. rôle de l’adulte :
. être exigeant sur l’explicitation demandée
. s’étonner lorsque la compréhension n’est pas possible
. relancer l’effort
. reformuler les essais dans un langage plus approprié
. utiliser des supports tels que dessin et photographie pour aborder des événements plus complexes à raconter, pour faciliter la reconstruction collective des représentations mémorisées
. mettre en place des situations d’échange pour communiquer ces situations aux familles

-  se repérer dans le temps et utiliser les marques verbales de la temporalité
. la construction de repères temporels est un aspect important du développement
psychologique de l’enfant pendant sa scolarité à la maternelle : le langage joue un rôle essentiel
. amener l’enfant à utiliser les marques de l’énonciation permettant de situer le présent au moment où il parle dans des activités de langage en situation :
. mots outils ou expression
. des flexions temporelles
. amener l’enfant à utiliser les marques temporelles relatives à l’usage du langage d’évocation
. étayage de l’enseignant
. partir d’une origine temporelle liée au temps objectif des calendriers
. amener l’enfant à la compréhension et l’expression de la position relative des événements les uns par rapport aux autres dans la trame de ce temps objectif
. superposition ou succession
. emploi de marques verbales, de mots outils, du lexique lié à l’expression de cette temporalité

-  du rappel des événements passés au récit : découvrir les cultures orales
. dire un conte ou une histoire en rassemblant le groupe est un moment important permettant l’accès au langage de l’évocation
. aller plus loin dans le pouvoir de représentation du langage
. explorer les mondes imaginaires
. constituer une culture partagée
. revenir sur ces histoires : les faire reformuler par les élèves
. utiliser des supports de la parole liés à l’image : albums illustrés, les images projetées, les films d’animation
-  se repérer dans l’espace et décrire des objets ordonnés rubrique " Découvrir le monde "

SE FAMILIARISER AVEC LE FRANÇAIS ECRIT ET CONSTRUIRE UNE PREMIERE CULTURE LITTERAIRE

-  découvrir les principales fonctions sociales de l’écrit
. amener l’enfant à se familiariser avant de savoir lire avec les principales fonctions de l’écrit en jouant avec les supports les plus fréquents tout en tenant compte des premières représentations qu’il a construit à partir de ces écrits
. signalisation
. affiche
. livres
. la presse
. les supports informatiques
. aborder la découverte du monde de l’école puis
. le milieu familial
. le quartier
. les bibliothèques
. les musées de proximité
. expliciter les usages quotidiens de l’écrit puis compléter avec des séances de travail spécifiques permettant à l’enfant de s’interroger sur le sens de ces écrits
. faire des hypothèses, éliminer celles qui ne sont pas adéquates, affiner les premières représentations
. mener des activités de tri et de comparaison
. organisation du coin lecture ou de la bibliothèque avec les plus grands pour manipuler, comparer les matériaux proposés et constituer un tri provisoire qui pourra être remis en question par un tri suivant

-  se familiariser avec le français écrit
. la distance entre langue orale et langue écrite est importante autant par le lexique utilisé (registre de langue) que par la syntaxe
. l’élève s’approche des réalités de la langue écrite par l’utilisation du langage d’évocation cependant il en reste encore éloigné
. familiariser l’élève à la langue de l’écrit en utilisant la dictée à l’adulte : dicter au maître le texte que l’on souhaite rédiger dans le contexte précis d’un projet d’écriture
. faire prendre conscience de l’importance :
. du ralentissement nécessaire du débit oral
. de la structuration des énoncés
. du refus de cette formulation
. des exigences de l’écrit
. faire prendre conscience que la parole a été fixée par l’écriture que l’on peut :
. lire et relire
. modifier
. amener les élèves à explorer :
. chaque type d’écrit avec ses contraintes particulières
. les albums de littérature première rencontre avec l’un des constituants importants d’une culture littéraire vivante

-  construire une première culture littéraire
. mettre en place des parcours de lecture pour :
. rencontrer des œuvres fortes constituant des classiques de l’école maternelle et des œuvres nouvelles pour :
. rapprocher des personnages et des types de personnages
. explorer des thèmes
. retrouver des auteurs et des illustrateurs

. mettre en place des activités de lecture par le maître suivies par :
. des activités de reformulation par l’enfant de ce qu’il a entendu dans son propre langage
. des activités de débats sur l’interprétation
. des activités liées aux illustrations pour apprendre à retrouver le texte qu’il cherche, à faire des hypothèses sur le contenu
. adopter une attitude liée à la façon de présenter les ouvrages
. faire la différence entre lire et raconter

Condensé des nouveaux programmes de la page 72 à la page 82

Florence Breuneval, CPC, Gennevilliers

Documents joints